EN ÉCHO À NOTRE ÉPISODE DU 7 DÉCEMBRE
A Vertheuil, dans le Médoc, le domaine de Nodris accueille le projet éponyme, lancé par le conseil départemental. Pendant que des enfants en situation de précarité joueront d’un instrument, le terrain sera utilisé par un futur éleveur de volailles. Exemple de reconversion agricole, à l’image de ce que cherchent à faire certains viticulteurs. 

Les viticulteurs bordelais s’essaient à d’autres activités pour faire face au contexte économique peu favorable comme le démontre Claire Mayer dans son article « Ces viticulteurs girondins qui ne misent plus tout sur le vin » paru dans Rue89 Bordeaux et dans l’épisode de Podcastine intitulé « Viticulteurs mais pas que.. ». Le vin n’est pas le seul secteur agricole qui cherche un autre modèle; au domaine Nodris, par le biais du projet éponyme agricole, social et culturel, on essaie aussi de se réinventer. Propriété du conseil départemental, ses 40 hectares de surface agricole et forestière sont réputés pour héberger le festival du Reggae Sun Ska depuis plus de vingt ans. Aujourd’hui, 8 hectares seront consacrés à de l’agriculture biologique en primo-activité avec la présence d’Olivier, éleveur de volailles et un couple de maraîchers. Les murs du domaine, qui s’étendent sur 700m2 de terrain, accueilleront des tiers-lieux et associations, parmi lesquelles un dispositif social à destination des enfants en situation de précarité.

Voilà maintenant une année et demie que le dispositif DEMOS est lancé sur le territoire du Médoc. Piloté par l’Opéra national de Paris, ce dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale, met à disposition du personnel et du matériel pour que des enfants âgés de 7 à 12 ans, en situation de précarité, apprennent à jouer d’un instrument.

« Les familles sont fières lors de la remise des instruments »

A raison de trois heures et demie par semaine, c’est dans l’enceinte du domaine Nodris que les enfants, référents sociaux et professeurs se retrouvent pour apprendre la maîtrise de l’art musical. Beaucoup de familles ne peuvent offrir une éducation musicale à leurs enfants, dont certaines ne cachent pas « leur fierté lors de la remise des instruments » confie Florence Lebon, agente du département au pôle territorial de solidarité.

Un cadre idéal

L’instruction, ludique et orale, est adaptée au public : « Il y a des enfants qui ne supportent pas d’être assis. Au bout d’une heure, on fait une pause et ils en profitent pour courir, se dépenser. Le cadre s’y prête ! ». 

« L’endroit m’a beaucoup plu, ça me correspond parfaitement ! »

Le vaste et verdoyant domaine se prête aussi au projet d’Olivier, futur éleveur de poules. Auparavant ingénieur aéronautique en Corse, il a choisi de quitter son statut de manager cadre en aviation pour se lancer dans un projet agricole et vivre auprès de ses parents, résidents d’une commune avoisinante de Verthueil. La première fois qu’il a foulé le sol de Nodris, c’était pour se rendre au festival du Reggae Sun Ska : « L’endroit m’a beaucoup plu : la zone agricole et le sous-bois me correspondent parfaitement ! » affirme-t-il, enthousiasmé. Son installation, prévue avant le printemps 2022, se fera sur les trois hectares consacrés à l’élevage de poules. Olivier est pragmatique : bien que cet « animal rustique » le touche, c’est celui qui « crée un maximum de protéines avec un minimum de consommation ». D’autant que dans le Médoc, la plupart des terres étant réservées à la viticulture, « il n’y a pas beaucoup d’offres en élevage de volailles ». Sur le domaine, il aura l’occasion d’échanger avec ses confrères, un couple de maraîchers en agriculture biologique. « Cette idée me rend confiant car on est plusieurs », explique-t il.

Pour Olivier, tout comme pour Florence, le domaine Nodris et ses projets, ce sont les champs des possibles. Même si l’accueil des projets par les habitants du Médoc comporte une part de mystère, la volonté des acteurs de Nodris de mieux vivre ensemble forge leur détermination, traçant aussi une voie pionnière de diversification pour le domaine. 

Lisa Fégné