Thanatopractrice, la mort en face

Crédit photo : Magali Maricot 

A 32 ans, Manon Abarrategui exerce l’un des métiers les plus difficiles qui soit : elle répare les morts. Avec autant de passion que de philosophie, mais aussi une inévitable sensibilité, elle affronte l’au-delà avec un professionnalisme déconcertant. Un portrait qui respire….la vie.

Aujourd’hui, lundi 22 février, nous recevons Victoria Berthet pour son article  » Thanatopracteur, Manon répare les morts » paru sur Rue89 Bordeaux